Tout le monde n’a pas l’oreille musicale. Et il est encore plus rare de présenter une oreille absolue ! Zoom sur cette acuité auditive fine.

Oreille absolue

Bach et Mozart avaient l’oreille absolue. C’est un talent rare. Seulement une personne sur dix mille en est dotée ! Ce terme désigne « la capacité à identifier une note et la nommer sans avoir un son de référence, typiquement le  » la » d’un diapason battant à 440 hertz », explique le Pr Jean-Luc Puel, professeur de neurosciences à l’université de Montpellier, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et président de l’association Journée Nationale de l’Audition (JNA). Les sons présentent des variations de fréquence qui se traduisent par des hauteurs tonales différentes. Les personnes qui ont une oreille absolue peuvent identifier plus de soixante notes. « Elles sont capables de déterminer la fréquence de n’importe quel son, par exemple la fréquence du son d’un klaxon ou du son que fait le cristal qui vibre quand on passe un doigt mouillé dessus, et dire à quelle note cela se rapporte », décrit le Pr Puel.

Une capacité cognitive en réalité

« On parle d’oreille absolue alors qu’en réalité il s’agit d’une capacité de mémorisation », indique le Pr Jean-Luc Puel. Ces personnes ont une excellente mémoire auditive et enregistrent les hauteurs des sons. « Elles ont des connexions assez particulières dans le cerveau », explique le Pr Puel. Les neurosciences ont montré que les personnes ayant une oreille absolue présentaient des différences structurelles et fonctionnelles dans leur cerveau par rapport à celles n’ayant pas cette capacité. Notre spécialiste précise : « les capacités du cerveau ne suffisent pas, il faut une éducation musicale pour développer cette oreille absolue ». L’oreille absolue serait ainsi à la fois innée et acquise. Il existe probablement une prédisposition génétique, cependant une formation musicale précoce (pour certains scientifiques avant l’âge de 3 ans et pour d’autres avant l’âge de 7 ans) est essentielle pour acquérir cette faculté. Le fait de parler une langue tonale (langue où la hauteur d’un son change la signification du mot) comme le Mandarin a été identifié comme un facteur favorisant l’oreille absolue chez les enfants commençant l’apprentissage de la musique avant l’âge de 4 ans. Cette particularité linguistique favorise le développement de la mémoire auditive des très jeunes enfants. Il est quasiment impossible d’acquérir l’oreille absolue à l’âge adulte.

Oreille absolue : pas qu’un avantage !

Cette acuité auditive a pour inconvénient de rendre la personne extrêmement attentive à tous les bruits environnants. Chez les enfants, il suffit d’un son dans le couloir de l’école pour les distraire en classe, les incitant à analyser ce bruit. Ce phénomène est également observé chez les adultes : ils ne peuvent pas s’empêcher de traduire les sons en notes de musique. Certains se plaignent même de ne pas pouvoir profiter de la musique qu’ils entendent car ils sont trop concentrés sur le nom des notes !

Connaissez-vous l’oreille d’or ?

L’oreille d’or désigne les capacités auditives extraordinaires des officiers sous-mariniers capable de reconnaître n’importe quel bruit sous l’eau. Casque sur les oreilles, ils écoutent les bruits de la mer et sont capables de détecter à des kilomètres la présence d’animaux (baleines, dauphins, etc.), de bateaux de commerces, et bien sûr des bateaux de guerre, des sous-marins, ainsi que leur tonnage et nationalité. Après des heures et des heures d’écoutes, ces spécialistes de l’analyse acoustique ont appris à les reconnaître, les ont mémorisés et sont capables de les restituer.

 

Anne-Sophie Glover-Bondeau

Constance Perrin